Crises sanitaires dans les forêts communales du Doubs

Réunion du 12 septembre à Valdahon

Crises sanitaires dans les forêts communales du Doubs

Cette réunion organisée par l’association des Communes forestières du Doubs a mobilisé plus de 100 élus pour échanger sur les crises sanitaires frappant actuellement les massifs forestiers de la région. Les interventions des représentants du Département Santé des Forêts et de l’Office National des Forêts ont nourrit les débats lors de la soirée.

Avec les sécheresses et les canicules subies depuis 2018, l’état sanitaire des forêts montre des dépérissements importants soit par manque d’eau soit par attaques de parasites. Aujourd’hui, les résineux blancs (épicéas, sapins) comme les feuillus (frêne, hêtre, charme) sont impactés. La crise actuelle en Bourgogne Franche-Comté s’étend également à de nombreux pays européens en désorganisant les marchés du bois.

Résineux blancs

En 2019, la récolte en produits accidentels s’élève en Bourgogne Franche-Comté à 360 000 m3 contre une moyenne annuelle hors crise de l’ordre de 40 000 m3. Les épicéas scolytés sont principalement vendus aux scieries locales par le biais d’accords-cadres et de contrats d’approvisionnement. Des débouchés sont également rechercher hors région (ouest de la France et Bretagne) mais ils ne suffisent pas à désengorger le marché. C’est pourquoi, les Communes forestières et l’ONF ont recherché une stratégie de commercialisation qui sera proposée aux communes afin de limiter les volumes de bois verts mis en vente dans ce contexte dégradé.

Au-delà de cette action régionale, l’ensemble des acteurs de la filière demande à l’Etat la mise en place d’une aide aux transports à destination des propriétaires forestiers. Des annonces prochaines sont attendues.

Hêtre

Les forêts de hêtre sur l’axe Belfort – Gray qui présentent des signes de dépérissement (défoliation, mort de certaines branches et feuilles minuscules), nourrissent de fortes inquiétudes pour le printemps 2020. La valorisation de ces hêtres est complexe car :

  • la valeur du bois peut être atteinte. Des tests de sciages sont en cours avec des scieries locales pour voir la qualité des produits et leurs usages possibles,
  • les bois perdent très vite leur valeur économique,
  • les débouchés sont difficiles à trouver avec des exportations vers la Chine réduites.

L’ONF en concertation avec les Communes forestières a établi des recommandations à destination des communes sur la gestion des peuplements, la commercialisation des bois et la sécurisation des parcelles. Elles seront adaptées selon l’évolution de la crise.

Impact sur les recettes forestières des communes

Le questionnaire envoyé en juin dernier aux communes du Doubs a suscité une forte mobilisation traduisant l’inquiétude de leurs élus. Nombreuses d’entre elles tant feuillues que résineuses sont concernées par une baisse de leurs recettes forestières. Dans un premier temps, cela a pour conséquences de reporter des travaux ou des investissements en forêt.

Les communes qui auront des difficultés à équilibrer leur budget sur les prochains exercices, pourront-elles poursuivre leurs investissements voire équilibrer leur section de fonctionnement si elles doivent en toute responsabilité réduire leur offre de bois sur le marché ? L’urgence à court terme sera aussi de travailler avec les services de l’Etat pour voir dans quelles mesures ces communes pourront ouvrir des lignes de trésorerie avec un établissement bancaire. Viendront ensuite les questions de reconstitution des peuplements et de la gestion forestière à y effectuer.